FAQ

METHODE / FORETS / CAPTATION

Qui est le Professeur Akira Miyawaki?

Le Professeur Akira Miyawaki est un botaniste japonais de 90 ans, expert en biologie végétale et professeur à l’université nationale de Yokohama au Japon. Il a été le pionnier en Asie en matière d'écologie rétrospective, appliquée à la restauration des forêts. Il a élaboré la méthode de reforestation dite ‘Méthode Miyawaki’ basée sur le concept de ‘végétation naturelle potentielle’, pour recréer des forêts de type primaire.

Qu'est ce qu'une forêt de type primaire?

Une forêt primaire désigne un espace composé d’espèces indigènes, où il n’y a pas de trace d’activité ou d’intervention humaine. Les forêts primaires sont des forêts intactes, originelles.

Elles sont des réservoirs de biodiversité.

Quel est l’impact de la densité et de la diversité propres à une  plantation "Miyawaki" ?

La densité accentue la compétition entre les espèces et la sélection naturelle. Cette lutte accentue la sélection naturelle. Ainsi, seules les espèces les plus aptes à survivre perdurent dans la forêt, qui devient alors de plus en plus résistante et résiliente au fil des années.

La diversité permet une optimisation du sol, elle est bénéfique dans une plantation dense car elle permet de constituer une forêt étagée où les cycles de pousse des arbres se complètent.

Enfin, nous voyons les limites des forêts en mono-culture, notamment lors d'épidémies comme le scolyte dans les Vosges.

A quoi ressemble une forêt Miyawaki au bout de 30 ans?

Trente ans après leur plantation, les forêts Miyawaki sont particulièrement denses et résilientes. Ceci s’explique car les espèces qui ont survécu à la forte sélection naturelle des premières années après plantation constituent un ensemble d’arbres forts. Ces forêts sont composées d’une forte diversité d’espèces, et leurs végétations sont particulièrement denses et massives.

Plus de 3000 forêts dites Miyawaki ont été plantées dans le monde, en Europe nous les connaissons surtout sur des projets urbains.

Combien un arbre capte de CO2 par an ?

La captation se fait par les racines, les feuilles et le tronc.  Tous les arbres absorbent du CO2, mais dans des quantités variables. Celle-ci dépend de plusieurs paramètres tels que la région, l’espèce, la taille, l’âge de l’arbre. Pour connaître approximativement la quantité de CO2 stockée dans un arbre, il faut connaître la masse « sèche », soit la masse en bois moins la masse d'eau contenue dans le bois.  L'arbre est composé de 50% de masse sèche dont la moitié est constituée de carbone.

Nous retenons comme hypothèse qu'un arbre capture 20kg de CO2/an sur 10 ans.

NOTRE AMBITION

Pourquoi plantez vous en France où la forêt couvre déjà un tiers du territoire?

Notre objectif : proposer des solutions locales pour un enjeu global.

L’enjeu de proximité a été identifié comme important en effet car il permet aux entreprises de capitaliser sur un impact local auprès de leurs parties prenantes (consommateurs, salariés, fournisseurs).

De plus, nous plantons sur des terres en déprise agricole ou terrains industriels. Nos actions de plantations sont donc complémentaires aux reforestations traditionnelles avec exploitation du bois. A titre d’exemples, 100 000 hectares de terrains pollués ont été identifiés en France et certaines régions comme PACA ou Auvergne offrent des terrains dits « abimés », non constructibles où les propriétaires sont en demande de reforestation dense.

Quel rapport y a t’il entre votre démarche et le protocole de Tokyo ?

Le protocole de Kyoto est un accord international signé en 1997 visant à réduire les émissions anthropiques de six gaz à effet de serre. Ce protocole visait une réduction entre 2008 et 2012 d'au moin 5% du niveau des émissions de 1990.

TreesEverywhere souhaite bâtir une résilience environnementale, aux côtés des entreprises, en proposant des projets de compensation carbone volontaire. Notre action est ainsi impulsée et inspirée par de nombreux accords et objectifs internationaux tels que le Protocole de Kyoto. Parce que la captation carbone ne doit pas se substituer aux efforts de réductions des émissions de gaz à effet de serre, notre projet complète le cadre du protocole de Kyoto.

Que prévoit le Green New Deal Européen  ?

Présenté en décembre 2019 par Ursula von der Leyen, (Présidente de la Commission Européenne),  le pacte vert a pour ambition de faire de l'Europe le premier continent neutre carbone 2050. Il propose un plan d’action pour répondre au défi du réchauffement climatique et dégradation de l'environnement, tout en réinventant sa stratégie de croissance. Ce pacte veut encourager les actions de réduction d’émissions de CO2, tout en créant des emplois et en dopant l’innovation.  Les efforts financiers impulsés par dans le cadre du Green Deal doivent orienter les entreprises vers la mise en œuvre de stratégie de résilience climatique.

Quelles sont les principales obligations des entreprises sur le climat ?

Les entreprises sont contraintes de réaliser un bilan de leur émission de gaz à effet de serre. Ce bilan doit également être accompagné d’une synthèse des actions envisagées pour réduire les émissions de GES. Ces données sont rendues publiques dans les rapports de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), désormais appelés DPEF (déclaration de performance extra financière).

La consultation de ces rapports et des sections dédiées à l'enjeu Carbone, permet de mieux cerner les politiques d'actions mises en place en Scope 1 (émissions directes), Scope 2 et 3 (indirectes).

CERTIFICATION

Qu’est ce que le Label Bas Carbone?

Créé par le ministère de la Transition écologique et solidaire avec la collaboration de nombreux partenaires, le Label bas-carbone est le tout premier outil de certification de contribution à l’atteinte des objectifs climatiques de la France. Mis en place en 2019, il permet de certifier des projets de réduction d’émissions de gaz à effet de serre et de séquestration carbone, et de les valoriser ensuite, économiquement. Il constitue une garantie pour les entreprises prêtes à rémunérer des actions bénéfiques pour le climat  et l’environnement sur une base volontaire.

Compensation carbone ?

C’est l’action de contrebalancer ses émissions de CO2 par le financement de projets de réductions ou de séquestrations d’autres émissions de carbone.

Que vaut un certificat carbone  ?

La valeur du certificat carbone dépend de l’autorité qui le délivre. Ce certificat permet d’attester de la conformité des crédits carbones à des critères environnementaux et sociaux précis. Conformément à la législation en vigueur en France, la compensation volontaire n’ouvre pas droit à la déductibilité fiscale.

Est ce que le certificat carbone permet d’émettre d’un CO2 en parallèle ?

Un certificat carbone atteste que des crédits carbone issus de projets de captation respectent des critères donnés en matière environnementale et/ou sociale. La compensation carbone consistant à contrebalancer ses propres émissions de CO2 par le financement de projets de compensation, il est évidemment possible d’émettre du CO2 en parallèle de l’obtention d’un certificat carbone.  Il est toutefois crucial de conduire une réelle politique de réduction - avant de d'envisager un projet de captation carbone.  La compensation carbone n’est en aucun cas un droit à polluer et TreesEverywhere s'engage à travailler avec des entreprises réellement engagées dans la réduction des émissions.

Qu’est ce que le Green Washing ?

Littéralement, l’éco-blanchiment, il s’agit d’une stratégie marketing utilisée par les entreprises qui communiquent autour de prétendus comportements éco-responsables, qui n’en sont pas en réalité.  Certaines entreprises font la promotion d’actions ‘green’ et responsables pour camoufler des comportements irresponsables en matière environnementale.  

La compensation carbone ou l’action de contrebalancer ses émissions de CO2 par le financement de projets de réductions ou de séquestrations d’autres émissions de carbone peut être considérée comme du green washing si l’entreprise n’est pas réellement engagée dans une politique de réduction réelle de ses émissions propres dans laquelle l’action de TreesEverywhere s’inscrit.

Quels bénéfices pour l’entreprise ?

En prenant part à nos côtés à des projets de reforestation dense et variée, permettant la captation du carbone dans l’atmosphère et la préservation de la biodiversité, l’entreprise engagée dans une politique de réduction drastique de ses émissions CO2, franchit un cap supplémentaire dans sa trajectoire neutralité 2050. Elle contribue ainsi à se distinguer vis-à-vis de ses parties prenantes.

Qu’est ce qu’une externalité positive ?

Concept clef dans l’analyse économique de l’environnement, il y a externalité positive lorsqu’une un individu profite des effets d’une activité économique sans en payer le prix.  Par exemple, un agriculteur qui convertit son exploitation au biologique va générer des externalités positives vers ses consommateurs.

Qu’est-ce qu’une externalité négative ?

Concept clef dans l’analyse économique de l’environnement, il y a externalité négative quand une activité a un impact négatif sur le bien-être des individus concernés, ou non, par cette activité. La pollution est l’une des externalités négatives les plus communes.

Suivez nous
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Instagram

www.trees-everywhere.services est une publication de TreesEverywhere SAS.

Siège social : 2 rue lord Byron 75 008 Paris

Responsable de la publication : Sophie Grenier 

Adresse email de contact hello@trees-everywhere.services

© 2020 by TreesEverywhere